Décoder les étiquettes alimentaires : ce qu’il faut savoir

Décoder les étiquettes alimentaires : ce qu’il faut savoir

5/5 - (3 votes)

Dans notre quête d’une alimentation saine et équilibrée, un conseil, comprendre ce que nous consommons réellement. Les étiquettes alimentaires sont des outils précieux qui nous aident à décoder le contenu de nos assiettes. Voici un guide pour vous aider à mieux les interpréter et à faire des choix éclairés.

Comprendre la signification des codes sur les étiquettes alimentaires

La signification des codes-barres

Le code-barres sur l’emballage d’un produit n’est pas seulement un outil pour faciliter le passage en caisse. Il contient également des informations précieuses sur l’origine du produit. Par exemple, les trois premiers chiffres correspondent au pays de production.

Cela peut être utile pour ceux qui souhaitent privilégier les produits locaux ou éviter ceux provenant de certaines régions du monde pour diverses raisons : impact environnemental, conditions de travail, etc.

Note : Cette information n’est toutefois pas toujours fiable à 100%, car elle indique le pays où le code a été attribué et non nécessairement celui où le produit a été fabriqué ou transformé.

Décrypter les dates sur les emballages

« À consommer de préférence avant », « À utiliser jusqu’au ». . . Ces mentions ont une importance cruciale pour la qualité du produit et la sécurité alimentaire. Elles ne doivent pas être prises à la légère.

Rappelons ici que la première mention concerne principalement la qualité optimale du produit tandis que la seconde est une date limite au-delà de laquelle le produit peut présenter un danger pour la santé.

Il est donc essentiel de respecter ces dates et de bien les comprendre pour éviter le gaspillage alimentaire tout en garantissant sa sécurité.

Les codes E : que cachent-ils ?

Les codes commençant par ‘E’ suivis d’un nombre sont des additifs alimentaires. Ces substances sont ajoutées aux aliments pour diverses raisons : améliorer leur goût, leur aspect, leur conservation. . .

Mais tous les additifs ne se valent pas en termes d’impact sur notre santé. Certains sont inoffensifs, d’autres sont à consommer avec modération et certains sont préférables à éviter.

Pour vous aider à y voir plus clair, il existe des applications et des sites web qui décryptent ces codes pour vous.

Après avoir acquis une certaine connaissance des codes sur les étiquettes alimentaires, l’étape suivante consiste à comprendre les additifs alimentaires.

Les additifs alimentaires : des noms à connaître pour mieux choisir

Additifs naturels versus synthétiques

Saviez-vous que non seulement les additifs ne sont pas tous chimiques ou synthétiques mais qu’il existe aussi des additifs naturels ? En effet, ces derniers proviennent directement de plantes ou d’animaux. Cependant, cela ne signifie pas nécessairement qu’ils sont meilleurs pour la santé. Leur impact dépend de nombreux facteurs tels que le contexte de consommation, la quantité ingérée, l’individu lui-même. . .

Il est d’usage de noter que, qu’ils soient naturels ou synthétiques, tous les additifs doivent être approuvés par des autorités sanitaires avant d’être autorisés sur le marché.

Astuce : Pour identifier ces additifs sur les étiquettes, ils sont souvent mentionnés dans la liste d’ingrédients sous forme de E suivi d’un nombre.

Additifs à éviter

Dans la jungle des codes E, certains sont particulièrement pointés du doigt par les experts en santé publique. Par exemple, certains colorants alimentaires peuvent provoquer des réactions allergiques. Il faut aussi surveiller de près les édulcorants artificiels et certaines graisses transformées.

Note : Il existe des applications et des guides pour vous aider à repérer ces substances à risque et à faire le tri dans vos placards.

Mais il ne faut pas non plus tomber dans la « E-phobie ». Tous les additifs alimentaires ne sont pas mauvais pour la santé et certains jouent même un rôle positif en améliorant la conservation des aliments ou en augmentant leur valeur nutritionnelle.

La réglementation autour des additifs

L’utilisation des additifs alimentaires est strictement réglementée en Europe. Avant d’être mis sur le marché, chaque nouvel additif doit passer par une procédure d’évaluation rigoureuse effectuée par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

Lire plus  Les smoothies anti-âge : recettes pour une peau radieuse

De plus, leur utilisation est soumise à des conditions précises : ils ne doivent pas tromper le consommateur sur la qualité du produit, ils doivent servir un but technologique clairement défini et ils ne doivent pas présenter de risque pour la santé du consommateur.

Ces règles contribuent à garantir que les additifs alimentaires utilisés dans l’Union européenne sont sûrs. Cependant, cela n’empêche pas de rester vigilant et de faire ses propres choix en fonction de ses convictions et de ses besoins spécifiques.

Une fois que nous avons acquis une certaine connaissance des additifs alimentaires, il est tout aussi crucial de comprendre les allergènes.

Les allergènes : une information vitale clairement affichée

Qu’est-ce qu’un allergène ?

Un allergène est une substance qui peut provoquer une réaction allergique chez certaines personnes. Dans le domaine alimentaire, l’Union européenne a dressé une liste de 14 allergènes majeurs qui doivent être clairement indiqués sur les emballages : gluten, crustacés, oeufs, poisson, arachides. . .

Une attention particulière doit être portée à ces mentions si vous ou un membre de votre famille êtes sensibles à l’un d’eux.

Astuce : Ces informations se trouvent généralement dans la liste des ingrédients. Elles sont souvent mises en évidence par un astérisque (*) ou mises en gras.

Allergies alimentaires : un problème de santé publique

Les allergies alimentaires sont un véritable problème de santé publique. Selon les estimations, elles touchent environ 2 à 3% des adultes et jusqu’à 8% des enfants. Les symptômes peuvent varier d’une personne à l’autre et aller de simples démangeaisons à des réactions graves pouvant mettre la vie en danger.

C’est pourquoi il est essentiel pour les personnes allergiques de pouvoir identifier rapidement et facilement les allergènes présents dans leurs aliments.

Note : Dans certains cas, même des traces d’allergène peuvent provoquer une réaction. Vous pouvez donc voir des mentions telles que « Peut contenir des traces de. . .  » sur votre emballage.

Allergies et intolérances : quelles différences ?

Bien qu’elles soient souvent confondues, les allergies et les intolérances alimentaires ne sont pas la même chose. Une allergie est une réaction du système immunitaire face à une substance qu’il considère comme dangereuse (l’allergène). En revanche, une intolérance alimentaire est due à l’incapacité du corps à digérer ou à absorber correctement un aliment ou un composant d’un aliment.

Les symptômes peuvent être similaires mais le mécanisme en cause est différent. De plus, contrairement aux allergies qui peuvent parfois être fatales, les intolérances sont généralement moins graves bien qu’elles puissent grandement affecter la qualité de vie.

Astuce : Si vous soupçonnez une allergie ou une intolérance alimentaire, il est recommandé de consulter un professionnel de santé pour obtenir un diagnostic précis et des conseils sur la manière de gérer votre régime alimentaire.

Maintenant que nous avons discuté des allergènes, passons à l’interprétation des valeurs nutritionnelles.

La lecture des valeurs nutritionnelles : comment interpréter ?

La lecture des valeurs nutritionnelles : comment interpréter ?

Les macronutriments : protéines, glucides et lipides

Sur chaque emballage alimentaire, vous trouverez une section dédiée aux informations nutritionnelles. Vous y verrez notamment les teneurs en protéines, glucides (avec une distinction entre les sucres) et lipides (avec une précision sur les acides gras saturés).

Ces macronutriments sont essentiels à notre organisme et doivent être consommés en quantités adéquates pour assurer son bon fonctionnement. Cependant, leur répartition idéale peut varier en fonction de nombreux facteurs tels que l’âge, le sexe, le niveau d’activité physique. . .

Astuce : Pour vous aider à équilibrer votre assiette, des repères nutritionnels quotidiens (RNI) sont souvent indiqués. Ils peuvent servir de guide mais ils ne remplacent pas des conseils personnalisés d’un professionnel de santé.

Fibres et sel : deux éléments à surveiller

Dans cette même section « valeurs nutritionnelles », on trouve également des informations sur la teneur en fibres et en sel du produit. Les fibres sont importantes pour la santé digestive tandis que le sel doit être consommé avec modération pour éviter notamment les problèmes de pression artérielle.

Note : Pour le sel, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande une consommation maximale de 5g par jour. Pour les fibres, il est recommandé d’en consommer au moins 25g par jour.

En gardant ces chiffres en tête et en prenant le temps de lire les informations nutritionnelles, vous pouvez faire des choix alimentaires plus éclairés.

Energie : calories ou kilojoules ?

Enfin, chaque tableau nutritionnel indique aussi la valeur énergétique du produit, généralement exprimée en kilocalories (kcal) et/ou en kilojoules (kJ). Cette information vous donne une idée de l’énergie que vous apporte cet aliment.

Cependant, il ne faut pas tomber dans le piège du « tout-calorique ». Un régime alimentaire équilibré ne se résume pas à un simple calcul calorique. Il s’agit surtout de trouver le bon équilibre entre les différents nutriments.

Lire plus  La détoxification par les jus verts: comment les légumes verts peuvent améliorer votre teint

Astuce : Pour convertir les kilojoules en kilocalories, divisez simplement par 4. 184. Par exemple, 1000 kJ correspondent à environ 239 kcal.

Après avoir pris connaissance des valeurs nutritionnelles des produits que nous consommons, il convient également d’examiner leur origine et mode de production.

L’origine et le mode de production : deux éléments à savoir pour consommer responsable

L'origine et le mode de production : deux éléments à savoir pour consommer responsable

L’indication de l’origine des produits

La mention de l’origine d’un produit alimentaire est obligatoire dans certains cas, notamment pour les viandes, le lait, les fruits et légumes. . . Cette information permet au consommateur de savoir d’où vient le produit qu’il achète. Cela peut être un critère de choix important pour ceux qui souhaitent privilégier les produits locaux ou éviter ceux provenant de régions du monde aux pratiques moins respectueuses de l’environnement ou des droits humains.

Cependant, il faut faire attention car cette mention peut parfois prêter à confusion. Par exemple, un produit « fabriqué en France » n’est pas nécessairement « d’origine française ». Il peut avoir été fabriqué en France à partir d’ingrédients importés.

Astuce : Pour un achat éclairé, n’hésitez pas à contacter directement le fabricant ou le distributeur si vous avez des doutes sur l’origine d’un produit.

Les modes de production : conventionnel, biologique, équitable. . .

En plus de l’origine géographique, le mode de production est également une information importante pour consommer responsable. Il existe différents labels qui garantissent que certaines normes ont été respectées lors de la culture ou la transformation du produit : agriculture Biologique (AB), fairtrade/Max Havelaar pour le commerce équitable. . .

Note : Ces labels sont délivrés par des organismes indépendants après un contrôle rigoureux. Ils offrent une réelle garantie de qualité et d’éthique.

Mais une fois encore, il faut rester vigilant. Certains produits peuvent afficher un « look bio » ou « équitable » sans pour autant respecter les critères stricts de ces labels. Là encore, n’hésitez pas à faire vos propres recherches et à poser des questions aux fabricants ou distributeurs si vous avez des doutes.

Le poids net et le poids égoutté

Enfin, l’étiquette doit aussi indiquer le poids net du produit ainsi que son poids égoutté s’il y a lieu. Le premier correspond au poids total du produit (y compris l’emballage dans le cas des produits emballés), tandis que le second correspond au poids du produit seul (sans son jus de conservation par exemple).

Ces informations peuvent être utiles pour comparer les prix entre plusieurs produits similaires mais présentés sous des formats différents.

Astuce : Pour calculer le prix au kilo ou au litre d’un produit, divisez simplement son prix par son poids ou son volume en kilogrammes ou en litres.

Après avoir pris connaissance de l’origine et du mode de production des aliments, il serait intéressant de comprendre les logos et labels qualité présents sur les emballages.

Les logos et labels qualité : un gage de confiance supplémentaire

Les logos et labels qualité : un gage de confiance supplémentaire

Symboles de qualité

Parmi les symboles que vous pouvez trouver sur vos produits alimentaires, certains sont des gages de qualité reconnus. C’est notamment le cas des AOC (Appellation d’Origine Contrôlée), aOP (Appellation d’Origine Protégée), iGP (Indication Géographique Protégée). . . Ces labels garantissent que le produit a été fabriqué selon des méthodes traditionnelles et dans une zone géographique précise.

Note : Ces labels sont soumis à des contrôles réguliers pour s’assurer du respect des critères spécifiques à chaque appellation.

Mais encore une fois, attention aux contrefaçons ! Certains produits peuvent afficher un « style » AOC ou IGP sans avoir obtenu le label. Une bonne pratique est de bien vérifier la présence du logo officiel sur l’emballage.

Les logos nutritionnels

D’autres logos vous aideront à identifier rapidement les qualités nutritionnelles d’un produit. C’est notamment le cas du Nutri-Score, un logo qui classe les aliments en fonction de leur qualité nutritionnelle, de A (meilleure) à E (moins bonne).

Ce logo est basé sur un algorithmes qui prennent en compte à la fois les éléments favorables (fibres, protéines, fruits et légumes. . . ) et défavorables (sucre, sel, graisses saturées. . . ).

Astuce : Plus le score est proche de A, plus le produit est considéré comme sain d’un point de vue nutritionnel. Mais ce logo ne doit pas être le seul critère de choix. Il faut aussi tenir compte de vos goûts personnels, de vos besoins spécifiques. . .

Les labels environnementaux

Enfin, certains logos attestent du respect de normes environnementales lors de la production ou la transformation du produit. C’est le cas par exemple du label « Eu écolabel » pour les produits respectueux de l’environnement, ou encore du label « MSC/ASC » pour les produits issus d’une pêche ou d’une aquaculture durable.

Note : Ces labels sont attribués par des organismes indépendants après un contrôle rigoureux. Ils offrent donc une réelle garantie de respect de l’environnement.

Mais comme toujours, il faut rester vigilant et ne pas se fier uniquement à ces logos. Il est d’usage de faire ses propres recherches et de poser des questions aux fabricants ou distributeurs si vous avez des doutes.

Pour résumer, décoder les étiquettes alimentaires est une compétence indispensable pour comprendre ce qu’on mange et faire des choix éclairés dans le cadre d’une alimentation saine et responsable. Chaque élément a son importance : les codes, les additifs, les allergènes, les valeurs nutritionnelles, l’origine, le mode de production, les logos et labels. . . En apprenant à lire et à interpréter ces informations, nous pouvons tous devenir des consommateurs plus informés et agir en faveur de notre santé mais aussi celle de notre planète.

Retour en haut